jouer avec son enfant - unjourunjeu - activités ludiques et pédagogiques pour les enfants

Un jour, un jeu.

A la maison, nous avons un paquet de livres d’activités diverses et j’en prends régulièrement à la médiathèque pour piocher de nouvelles idées et puis il y a biensûr Pinterest, toujours si tentant.

Malgré cela, je me retrouve régulièrement en panne d’inspiration quand ma fille de 8 ans se plante à côté de moi (en général 2 minutes après que je me sois assise quelque part pour me poser un peu dans une de nos journées bien remplies ou alors quand je viens de me lancer dans la préparation d’un repas) et me lance son fameux : « Mamaaaan, j’sais pas quoi faiiiiire. »

Derrière cette phrase, je sais bien que ma puce cherche à attirer mon attention. Et j’ai appris que jouer régulièrement avec mes enfants, ne serait-ce que 15 minutes par jour, peut répondre à ce besoin d’attention.

Photo de Markus Spiske sur Unsplash

Et puis biensûr, je sais qu’il est aussi important de laisser les enfants s’ennuyer parfois, parce que l’ennui peut être un joli trempoline pour développer leur créativité.

Le problème, dans notre société qui valorise l’efficacité et la gestion du temps à tout va, c’est souvent notre perception d’adulte de l’ennui qui nous amène à y réagir en tentant de trouver mille et une activités à faire.

Donc j’encourage régulièrement mes loulous à prendre des initiatives en leur disant : « Je suis sûre que tu vas trouver quelque chose d’intéressant à faire. » (Avec plus ou moins de succès en terme de résultats pour être honnête 😉 ).

Les petits Ouistitis à la rescousse !

Peut-être que je tombe dans le travers de ne pas bien vivre l’ennui et que je me cherche des excuses mais je cherchais plutôt une solution pour parer aux moments où la carte « je laisse mon enfant s’ennuyer » a déjà été jouée et où l’inspiration n’est pas toujours là au moment de devoir dégainer une suggestion qui pourrait faire mouche.

Je m’étais fait la réflexion qu’il nous faudrait une sorte de boite à idées ou boites à « atelier ». Un peu comme dans certaines classes où les enfants qui ont fini une activité peuvent aller piocher dans une boite pour faire une autre activité en autonomie.

Je me voyais déjà passer beaucoup de temps à :

  • chercher des idées sur Pinterest ou nos bouquins
  • les transposer – imprimer sur des sortes de feuilles cartonnées
  • Faire une boite en carton pour y ranger les fiches
  • Réunir au moins une base de matériel utile pour que les enfants puissent se lancer facilement dans les activités.

Le principal inconvénient dans ce plan c’était le manque de temps que j’avais à y consacrer 🙂

Par chance, en commençant à chercher des idées d’activité, je suis tombée sur le site de de Sonia « Un jour un jeu » et sa page de vente d’un livret d’activités à recevoir chaque semaine.

Après l’avoir testé, je te partage ce bon plan franchement abordable :

  • Tu peux t’inscrire au mois (pour tester ou par exemple parce que ça pourrait te dépanner pour ton prochain long trajet en voiture et/ou pour partir en vacances 😉 ).
  • Tu peux t’inscrire à l’année
  • Tu peux commander et recevoir un pack d’anciens numéros sympas en plus (si les thèmes de ces anciens numéros te tentent).
  • Tu peux aussi simplement utiliser les nombreuses ressources gratuites du site !

Comme indiqué sur la page, les activités sont à destinations d’enfants entre 4 et 9 ans. (Pour les enfants plus petits, je réfléchis à un autre article concernant une formation en ligne que j’avais suivi – mais pas trop mise en pratique à la finale ;)).

Le seul inconvénient que j’ai trouvé jusque là avec ce produit, c’est le nombre d’impressions que ça demande.

A la maison , on imprime généralement peu (pour limiter l’utilisation inutile de papier et la consommation de cartouches d’encre 😉 ), et c’est donc un mini-budget à prévoir. Pour réduire le nombre de page à imprimer, j’ai configuré l’impression en mode  » 2 pages sur une seule » et ça passe. Malgré tout, le format A4 reste plus confortable c’est sûr 😉 .

Pour les points forts, je te laisse lire les témoignages des parents conquis :

  • Gain de temps (et de sérénité)
  • variété des sujets et des types d’activités,
  • qualités des illustrations,
  • facilité des explications à fournir aux enfants plus petits pour les aider à se lancer.

Pour info, je ne perçois rien en contrepartie de cet article. J’ai juste trouvé le concept vraiment chouette et eu envie de te le partager.

Si je dépasse mon blocage à me lancer dans des interviews, j’aurai grand plaisir à inviter Sonia nous parler de sa vie de maman et d’entrepreneur-e un de ces jours !

Apprendre à son enfant à jouer seul

Lorsque tu t’amuses avec ton enfant, vous passez du bon temps ensemble, cela renforce le lien qui vous unit et son besoin d’attention est nourrit.

Ceci étant dit, ça ne veut pas dire que tu dois dire oui à chaque fois que ton enfant te demande de jouer avec lui. L’idéal est de lui apprendre à jouer seul petit à petit.

Pour cela – ça peut sembler paradoxal – le mieux est donc malgré tout de commencer à jouer avec lui.

Photo de Sai De Silva sur Unsplash

Les 3 conseils essentiels que je retiens de mes différentes lecture à ce sujet sont :

  • Commence une activité avec ton enfant, en l’aidant au début, puis en t’éloignant mais en restant dans la même pièce au départ. Ainsi tu pourras, de loin, faire des retours/des commentaires sur ce qu’il est en train de faire : « Il est vraiment grand ce château !  » , »Tu as presque utilisé tous les Capla on dirait là pour ta tour »,  » Je vois que tu as choisis beaucoup de couleur sur ce dessin « etc. etc.
  • Laisse-le continuer l’activité seul. Cela permet à ton enfant d’apprendre à jouer et à créer par lui-même. Il aura davantage confiance en lui et ses capacités. Tu l’aides ainsi à s’autonomiser.
  • Suggère-lui de faire un dessin ou un bricolage pour quelqu’un en particulier; cela peut ajouter une petite motivation en plus.

Et toi, comment ça se passe de ton côté? Dis nous dans les commentaires :

  1. Si tu as déjà tout ce qu’il faut (idées, matériel, temps, disponibilité d’esprit 😉 etc. ) pour proposer des activités variées et intéressantes à tes enfants?
  2. Comment tu gères les moments d’ennuis?
  3. Quelles activités tu proposes à tes enfants quand vous êtes tous ensemble à la maison ou en vacances ? (des bons plans ! des bons plans! 😉 ).

J’espère que « Les p’tits ouistitis » pourront te dépanner si , comme moi, tu cherchais à trouver une idée facile à mettre en place pour passer des moments de qualités avec ton enfant et limiter les temps d’écrans à la maison 😉

Si tu penses que le principe peut intéresser une amie n’hésite pas à lui partager l’article !

Je te souhaite de passer une très belle semaine ! Et la semaine prochaine je reviens te parler d’une belle plante très intéressante pour nous les mamans.

2 étapes pour ne pas te laisser déborder par trop d’objectifs.

En faisant le point sur mes objectifs, j’ai réalisé que leur nombre avait tendance à se démultiplier fissa. Ce qui a l’effet de générer une sorte d’anxiété, de stress, en mode « Je n’arriverai jamais à tout faire ! Je veux être un chat et avoir 9 vies ! »

Si toi aussi, particulièrement à cette période de l’année, tes ambitions (ou tes rêves 😉 ) ont tendances à te mener à te sentir débordée ensuite ; voici un process simple (en 2 étapes) pour t’aider à éliminer le surplus de possibilités et te concentrer sur ce qui est vraiment important pour toi cette année (et vraiment réaliser les actions nécessaires pour avancer en ce sens).

Attention : même si il est « simple », cet exercice va te demander un peu de temps. Ce qui peut sembler paradoxal, vu que justement, le but c’est d’aboutir à ne pas avoir trop de choses à faire en quelque sorte.

Donc c’est une approche légèrement contre-intuitive mais qui vise bien à te faire gagner du temps et de l’énergie à la finale.

Si tu n’as vraiment pas beaucoup de temps disponible, tu peux le faire par petit bouts.

Si tu n’es pas au début de l’année mais en plein milieu et que tu te sens débordée par tout ce qu’il te semble y avoir à faire dans ton quotidien, tu peux le faire aussi 🙂

1ère étape : Prendre conscience des branches.

Ce qu’on vise ici c’est de sortir de ta tête toutes les idées- envies – objectifs – projets qui te traversent l’esprit et s’entremêlent.

Écrit les. Vraiment ! 😉

Écrire aide à mieux prendre conscience de ce qui nous habite.

http://www.butterflybright.com

Prends une feuille et écrit noir sur blanc, tout ce que tu veux avoir réalisé à la fin de l’année, ce que tu veux découvrir , expérimenter :

. Dans ta sphère personnelle : par exemple peut-être au niveau de ta santé, d’une activité sportive, de ton alimentation? Au niveau du temps que tu aimerais te consacrer sans culpabiliser? D’une activité créative, bien-être ou associative dans laquelle tu souhaites t’impliquer? D’une façon d’accompagner tes enfants au quotidien ou de passer plus de temps de qualité avec ton partenaire. Peu importe le sujet, mais il est question de comment tu veux évoluer personnellement cette année.

. Dans tes relations : Pense aux personnes les plus importantes dans ta vie, que ce soit ton conjoint, tes enfants, tes ami-e-s, tes parents, ta fraterie et pourquoi pas tes collègues (on passe généralement beaucoup de temps avec eux 😉 ) etc. Que souhaites-tu vivre avec eux cette année? Quelles activités, moments souhaites tu partager. Dans quels lieux? A quel période?

. Dans ton activité professionnelle (que tu ais un business ou que tu sois salarié ou les 2 en même temps, ou encore en congé maternité ou parental;) ) : peut-être que tu veux lancer un nouveau produit, simplifier les process pour gagner du temps, développer le bien-être de tes collaborateurs au quotidien, demander une augmentation, refaire ton cv, changer de boîte ou en trouver une 😉 , te reconvertir, faire un bilan de compétence, suivre une formation etc.

Écris tout ce qui te vient, si possible sans te censurer. Le but est de sortit tout ça de ta tête. Ne t’arrête pas en te disant : « oula cette idée là je ne vois pas vraiment comment ça pourrait se réaliser ».

2e étape : Tailler des branches

Et oui, un peu comme un arbre, parfois il faut savoir couper des branches pour que la plante reparte plus forte et vigoureuse au printemps !

Je te propose donc de partir de cette idée pour faire le tri dans tes objectifs.

Photos provenant de http://www.jardins-japonais.fr

Je sais c’est dur. (Ne m’en parle pas;) ).

Mais, comme je l’évoquais dans l’article de la semaine dernière (je crois) :

Tu te donnes plus de chance d’avancer sur au moins un objectif en étant concentré dessus plutôt qu’en diluant ton énergie sur pleins de projets différents. (En écrivant ces mots, j’essaie aussi de me convaincre moi-même lol).

3 questions-filtres pour faire le tri.

Concrètement, regarde tes listes et demande toi ce que tu veux que ta vie devienne? Comment serait le « toi du futur »?

Si cette étape est difficile, tu peux reprendre chacun des points de ta liste en te demandant :

Suite à l’utilisation de ces « filtres », si tu te dis :

> « ok ce projet là, ça ne vaut pas vraiment la peine »

ou

> « il n’y aura pas assez de satisfaction à la finale »

Ou encore

> « en fait, je ne suis pas prête pour ce genre d’engagement : pour les actions, le temps, l’énergie que ça va me demander de déployer. »

Alors enlève cet objectif de ta liste sans mauvaise conscience.

Le rayer de ta liste maintenant ne veut pas forcément dire que tu ne le feras jamais , ça veut juste dire que tu ne te mettras pas la pression pour travailler dessus cette année !

L’avantage de cette approche c’est que si jamais tu atteints tes 2 ou 3 objectifs principaux plus tôt que prévu, tu pourras toujours revenir piocher dans cette liste de départ si tu le souhaites (ou recommencer l’exercice ;).

Il y a d’ailleurs des chances que certains objectifs ne soient alors plus d’actualité car ton parcours entre-temps t’aura peut-être fait évoluer sur tes priorités.

1 agenda pour visualiser

Pour finir, on en revient à la plannification 😉 ! Attrape ton agenda et prépare ton rétroplanning ou au moins la prochaine étape- action que tu te sens de faire pour donner vie à ton projet.

Note bien que ta vie et-ou ton entreprise se développent rarement exactement comme tu l’avais prévu-souhaité, planifié. Tu devras définitivement faire des ajustements et modifier certains plans au fur et à mesure de l’année. C’est normal à 100% .

Mais (encore une fois) plutôt que d’avoir pleins d’objectifs un peu diffus en tête cela ça te permettre de rester concentrée sur ce qui est important pour toi chaque mois.

De mon côté, parmi tous mes objectifs, il y a toujours celui que j’avais en démarrant ce blog. Je voulais (et je le veux toujours) aider des mamans se sentant débordées, fatiguées, stressées à se dégager du temps pour elles, à prendre soin d’elles, à se sentir mieux. Ne serait-ce que 5 minutes. Je veux partager, des réflexions, des références de livres, programmes, des questions de type coaching pour inspirer, permettre de prendre du recul, et d’expérimenter des actions – solutions pour se sentir plus souvent plus sereine, légère , énergique. Tout en les mettant en pratique pour moi au passage 😉

Je ne suis pas sûre d’y arriver complètement pour l’instant . Mais faire le tri dans tous mes objectifs et reformuler cet objectif autour de l’impact que ça pourrait avoir pour d’autres, me donne beaucoup d’énergie. Par ailleurs, mon contexte personnel a évolué (les enfants grandissent, j’ai pris un peu mieux mes marques dans le poste de management que j’ai commencé fin 2017 etc.) : il est donc dans mon top 3 pour cette année 🙂

De ton côté, dis-moi en commentaire :

As-tu une vision claire sur le nombre d’objectifs ou de projets auxquels tu t’engages à donner vie cette année?

Pour chacun, t’es-tu demandé : quelle sera la récompense, comment cela impactera les autres et qui devras-tu devenir afin de créer cette réalité à venir ?

Quoi qu’il en soit, Je te remercie pour le temps que tu as pris pour lire cet article ! (si tu penses que ça peut aider une amie, n’hésite pas à lui transférer l’article).

Je reviens la semaine prochaine avec un premier partage de « bon plan » qui te concerne si tu as des enfants entra 4 et 8 ans.

Un plan qui devrait te permettre de ne plus trop craindre le terrible « mamaaaaaaan je m’ennuieeeee, j’sais pas quoi faire !  » 😉 .

D’ici là, prends bien soin de toi : Respire, autorise toi un mini massage avec une huile essentielle ou une huile sèche, à tester quelques pas de danses totalement libres au saut du lit, à ne pas faire une chose de ta to-do liste de la journée, à appeler une amie à qui tu n’as pas parlé depuis longtemps…

Je te souhaite une très belle semaine !


Comment planifier la revue de tes objectifs ?

J’espère que tu as passé une bonne première semaine ! De mon côté, les échanges – que ce soit en famille ou avec mes collègues – ont été riches. Et biensûr, la notion d’ « objectifs » pour cette année est ressorti plusieurs fois.

Clarifier ce que l’on veut augmente les chances de créer le résultat souhaité.

Parfois, ce terme d’objectifs, peut te paraitre inadapté à ta vie perso et relié au monde de l’entreprise, il peut avoir un connotation un peu stressante.

J’ai moi-même eu ce ressenti pendant longtemps. Jusqu’à ce que je comprenne qu’un objectif n’a pas pour but de me mettre la pression mais de m’aider au quotidien à avoir une direction.

J’ai reçu un mail d’une bloggeuse américaine cette semaine avec ce graphique :

Graphique de Léonie Dawson

A mon sens, ce qui distingue les objectifs des résolutions, c’est que tu ne parles pas de tes objectifs une fois en début d’année en les abandonnants 10 jours plus tard.

Un objectif se pose (s’écrit) puis est revu régulièrement pour être réajusté si besoin.

Pourquoi et comment formuler un objectif inspirant ?

On pourrait se dire que les objectifs, par nature sont motivants, mais ça n’est pas forcément le cas.

Par exemple, si tu dis « je veux arrêter de fumer/perdre 3 kilos, Je veux quitter ce job qui ne me convient plus », ce n’est pas super motivant non?

Ces formulations sont basées sur un champ lexical de la perte plutôt que sur celui du bénéfice.

Sans cette composante de motivation, se fixer un objectif peut devenir contre-productif. C’est une mécanique connue en PNL.

Donc, pour ce qui est du côté stressant, ça peut aider de se demander :

  • qu’est-ce qui m’inspire?
  • qu’est-ce qui est important pour moi?
  • qu’est-ce qui va me rendre fière de moi ou me donner de l’énergie?
Auteur-e inconnue (si c’est votre photo faites moi signe 😉 ).

En quelque sorte, l’objectif d’un objectif ce n’est pas qu’il soit atteint mais de te donner de l’énergie et t’aider à accroitre les chances de voir se réaliser ce qui est important pour toi. Donc n’hésite pas à chercher la raison essentielle pour laquelle tu veux atteindre un objectif particulier.

Par exemple, arrêter de fumer peut devenir = économiser assez pour t’offrir une semaine de thalasso – en mode doigts de pied en éventail (ou un stage de kite surf si tu pètes la forme et que tu ressens l’appel du vent et de la mer 😉 ).

Si quand tu penses à ton objectif tu te sens démotivée, stressée, en perte d’énergie c’est que ce n’est pas le bon objectif ou pas le bon timing, pas la bonne formulation. A contrario, attention à ne pas tomber dans le fantasme  et être surexcitée pendant 2 semaines pour tout laisser retomber comme un soufflet (on revient un peu en mode « Résolution de début d’année »sinon).

Écrire tes objectifs et les revoir pour augmenter tes chances de les atteindre.

Pour pouvoir facilement revenir vers ton objectif, écrit le : dans un carnet ou un journal dédié à ça, sur un ou des post-it pour les mettre dans les lieux où tu passes régulièrement, dans ton agenda. L’important c’est que ce soit un support et placé à un endroit pratique pour ne pas l’oublier.

Comme je te le disais dans cet article :

Remarque : dans ce même article tu pourras retrouver « La roue de la vie », bien utile pour déterminer les domaines dans lesquels tu as besoin/envie d’évoluer en ce moment.

De mon côté, à l’époque, j’avais commencé à planifier des créneaux une fois par semaine pour « bloguer » dans mon agenda sans arriver à m’y tenir.

Je pense que j’étais typiquement dans une mauvaise formulation de mon objectif. Ce que j’aime, c’est partager : mes expériences, lectures, formations, réflexions, apprentissages et pourquoi pas t’inspirer à mettre au centre de ta vie ce qui est important pour toi. Là j’ai envie de m’y mettre tout de suite et de recommencer en plus 😉

Depuis peu, je teste un créneau récurrent dans mon agenda Gmail que j’ai appelé « POINT DU JOUR » et placé en fin de journée :

Dans cet « évènement » j’ai créé une trame :

> qu’est-ce qui m’a rendu fière de moi aujourd’hui? qu’est-ce qui m’a inspiré/ donné de l’énergie? 

> Quelle difficulté, erreur, échec ai-je rencontré aujourd’hui?


> Quelles leçons – apprentissages puis-je en tirer?


> « Gratitude pour » – kifs du jours

Rappel de mes 3 objectifs prioritaires: 

Santé :  Blablabla qui m’inspire 🙂 (Je fais ma pudique hein 😉 ). > Mais en gros, ce blabla tourne autour de la sérénité.

Vocation : Blablabla qui m’inspire > Mais en gros ça tourne autour de la transmission, du coaching, de la bienveillance et du partage 😉

Couple :  Blablabla qui m’inspire 🙂 > Mais en gros ça tourne autour de remettre du focus et de la complicité et plus de fun dans ce domaine de ma vie.

Parfois, je commence à le remplir au cours de la journée ou alors le soir, une fois les enfants couchés. Si j’ai le temps je détaille mais ça peut aussi être très bref. J’ai déjà commencé à « raffiner », préciser mes 3 objectifs à l’aide des apprentissages de la semaine.

Dans le journal d’objectifs de Léonie Dawson, la revue se fait plutôt une fois par mois (et l’apparence est beaucoup plus « créative » 😉 ).

Comme toujours, l’important est de trouver l’approche, le format, le rythme qui te conviennent à toi.

La méthode « Don’t break the chain »

En regardant le screenshoot de mon agenda, ça m’a fait penser à la méthode de « la chaîne » de Jerry Seinfeld .

Quand on a lui a demandé quel était son secret, il aurait répondu : « Pour devenir un bon comique, il faut faire de bonnes blagues, et pour faire de bonnes blagues, il faut travailler chaque jour ». Le secret est donc de s’entrainer tous les jours.

Pour mettre en pratique : l’idéal est d’avoir un calendrier avec l’année entière bien visible et de barrer avec une grosse croix rouge chaque jour après avoir fait une action liée à ton objectif.

Après les premiers jours, tu commences à obtenir une sorte de chaîne et psychologiquement ça te donne envie de ne pas la « casser ». C’est une astuce supplémentaire qui peut aider à rester focus sur ce qui t’inspire et te donne de l’énergie 😉

Cette technique est très efficace pour se motiver : elle nous oblige à dépasser nos excuses.

Ainsi, même si la journée a été difficile il se peut que tu aies envie de cocher la case pour ne pas avoir à recommencer à zéro une chaîne de 10, 20 ou 30 cases.

En revanche, le revers de la médaille c’est que si tu rates un jour, même pour une une bonne raison, le risque est grand de ne pas recommencer tout de suite voire de ne pas recommencer du tout.

J’aurai aussi aimé te parler du fait de ne pas se fixer trop d’objectifs et de décomposer les objectifs qui peuvent te faire peur en sous objectifs plus facilement atteignables, tout ça pour éviter de te mettre en position d’être rapidement débordée et stressée.

Mais, là tout de suite, j’ai encore plus envie de couper l’ordi pour profiter des enfants avant la reprise de l’école demain 😉 .

Avant de te quitter. Dans les commentaires, si tu en ressens l’inspiration, je t’invite à partager :

  1. Les objectifs prioritaires pour toi (tu n’es pas obligée de rentrer dans le détail, l’intime ).
  2. Si tu les as déjà écrit ou compte le faire et comment tu t’y prends.

Merci.

Prends soin de toi et à bientôt.

3 questions pour bien démarrer 2019

Chaque année, à cette période, tu sens peut-être ce petit frémissement : tout le monde commence à évoquer les bonnes résolutions et les objectifs pour l’année suivante.

Sont-ils utiles, t’y tiendras-tu?  Est-ce vraiment important? (Ou vais-je , dans quel état j’erre 😉 ).

Personnellement, je ne suis pas hypra-fan des bonnes résolutions du premier de l’an.  Je sais que je ne les tiendrai pas.  Mais  j’ai de plus en plus souvent le réflexe de prendre un temps pour faire le bilan de mes expériences. Je trouve que c’est un exercice puissant qui m’aide à progresser que ce soit au niveau de mes comportements ou projets, pros ou persos.

En tant que maman active, en revanche je n’ai pas le temps d’y passer des heures.

C’est pour ça que j’ai adopté l’approche de Marie Forleo, une coach et businesswoman américaine que j’aime beaucoup.

En seulement 3 questions, tu auras normalement une vision plus claire sur les priorités sur lesquelles se focaliser en 2019 mais, et c’est important, tu auras aussi bien en tête tout ce que tu as fait de beau en 2018 !

Si l’anglais, n’est pas ta tasse de thé, voila le lien de la vidéo avec sous-titres (approximatifs mais corrects) en français.
Et voici  le pdf en anglais .

 

En français,  les 3 questions sont les suivantes : 

1. Quel a été mon accomplissement le plus important et pourquoi? Quelle est la chose que tu as réalisé dont tu es fière? (Biensûr tu peux mettre plus d’un résultat ;)).

2. Quel a été mon plus important apprentissage et pourquoi?

3.  Que suis-je prête à « laisser aller »? (Quels sont les engagements, projets, objectifs qui  ne sont plus alignés avec qui tu es à présent ou avec la personne que tu veux devenir dans le futur? Quels ressentiments, colère-s, douleurs, honte, culpabilité es-tu disposé à lâcher?).

Munie de ton agenda 2018, cela peut te prendre 10 minutes (ou plus si tu en a envie ou la possibilité) et te donner une base intéressante pour bien démarrer 2019.

Quels qu’ai été tes erreurs ou tes difficultés, n’oublie pas qu’il n’est jamais trop tard pour évoluer, progresser. Apprenons à voir « les cadeaux » dans nos erreurs et nos échecs tout en savourant nos réussites.

Une fois que tu auras regardé la vidéo, j’adorerai que tu partages dans les commentaires quelques unes de tes réponses si le coeur t’en dit.

En 2018,

  • Partage une chose que tu as réalisé dont tu es fière.
  • Partage une erreur que tu as faite et l’apprentissage que tu en as tiré.
  • Partage une croyance limitante que tu es prête à lâcher  avec l’arrivée de la nouvelle année.

N’hésite pas à rentrer dans les détails si tu le sens : ton commentaire peut faire écho et aider  une autre personne et lui ouvrir de nouvelles perspectives ;).

On se retrouve en 2019. Prends soin de toi et de ceux que tu aimes.

 

 

On parle de rythme et de périnée?

J’espère que ta rentrée s’est bien passée !

Reprendre le rythme n’est pas toujours évident ! Mes enfants sont complètement KO le soir depuis lundi 😉 J’essaie dans la tumulte de la reprise, de prendre le temps de juste être là avec eux, les regarder, leur faire un câlin, rire, courir, papoter… Mais je me suis déjà aussi surprise a leur dire « Allez vite vite, on va être en retard là si ça continue » . Eh oui, pas de maman parfaite au rdv et c’est tant mieux !

Entre la reprise du boulot, de l’école, des trajets quotidiens… Je cherche aussi à garder du temps pour venir partager ici. Une amie m’ a suggéré d’écrire des articles un peu moins long mais de partager comme je le fais avec elle mes ressources de manière plus simple.  J’ai trouvé que l’idée était bonne !

Ça ne veut pas dire que je ne ferai plus d’article très complet mais simplement, le temps que je les écrive, je peux te transmettre quelques ressources qui me plaisent sans écrire un roman.

Au menu cette semaine :

Je suis tombée sur cette vidéo de Séverine Jacinto  formée et spécialisée dans les méthodes Posturales: Pilates et APoR De Gasquet  notamment.  Pour les mamans, les vidéos de Séverine sont une vraie mine d’or, pleines de bons conseils et pas trop longues ! Ça peut vraiment t’être utile et facile à regarder ou à faire, et ça, même dans un emploi du temps bien rempli.

Donc je te transmets ici la vidéo sur le périnée mais aussi celle pour perdre du ventre après bébé  et je te laisse découvrir !

 

 

Si tu penses que ces ressources peuvent intéresser une amie n’hésite pas à partager cet article ou à l’envoyer vers le site de Séverine !

 

Cadeau Flash : Maman Rayonne t’offre un moment hors du temps pour faire ta (R)évolution Capillaire !

J’espère que tes vacances se passent bien ou se sont bien passées ! Je fais un petit saut rapide pour te faire une jolie proposition.

En rédigeant mon dernier article où j’évoquais mon souhait de me connecter de plus en plus à la nature, je faisais un peu des recherches parce que j’avais du mal à formuler ce que je voulais dire et, de fil en aiguille, je suis arrivée sur le site de Marie GUIBOUIN et notamment sur cet article « Quand la connexion à la nature devient une évidence » 🙂

J’y ai vu une belle synchronicité et son stage « J’incarne qui je suis » m’a tout de suite donné envie.  j’ai contacté Marie pour m’inscrire à la session Nantaise cet été au jardin des plantes mais, pour faire court, je ne vais finalement pas pouvoir y participer.

 

UNE opportunité à saisir, si ça résonne en toi et te fait envie !

 

Comme j’avais déjà payé une partie du stage. Marie m’a fait plusieurs propositions très chouettes et généreuses qui aboutissent à celle qui suit :

Si tu as envie de t’offrir un moment rien qu’à toi, loin du brouhaha des salons de coiffure 

Que tu ressens le besoin de te sentir écoutée et accompagnée en toute bienveillance 

Qu’après le soleil de l’été, tu as envie de redonner du pep’s à ta chevelure de rêve 

 A part le trajet à environ 30 minutes de Nantes qui reste à ta charge,

je t’offre ce moment en tête à tête avec Marie :

entre le 16 et le 22 août 2018, si tu es sur Nantes ou alentours,

Marie te reçois au calme, à la campagne

sur un créneau d’environ 2h que vous définirai ensemble. 

Marie Guiboin

Marie Guibouin

Au programme :

  • Vous discutez autour d’un thé, d’un café, d’un chocolat ou autres douceurs, ou un verre d’eau si tu préfères (c’est important de s’hydrater) ;
  • Tu choisis de rester à l’intérieur ou d’explorer un lieu dans la nature ;
  • une fois que tout cela est posé, tu peux te laisser emporter par la douce vague de ses ciseaux (Marie coupe sur cheveux secs)
  • puis vient l’heure du miroir (eh oui, y’a pas de miroir pendant la coupe, tu peux choisir de méditer ou de papoter)
  • enfin si tu as envie, tu pourras prendre une douche en laissant ruisseler l’eau sur tes cheveux, pour honorer cette nouvelle « toi » ;
  • pour la suite, c’est toi qui décide : séchage naturel au gré du vent, brushing naturel ou folie capillaire, tu le dis à Marie 😉
  • pas d’obligation hein, mais si tu as du maquillage qui traîne au fond de ton tiroir et que tu ne sais pas quoi en faire, emmène-le, Marie pourrait te livrer 2-3 conseils secrets 😉

Prévois 1 à 2h où tu ne seras pas dérangée. Mets ton téléphone en mode avion et savoure… Le reste du monde attendra 😉

Ça te tente ou tu penses que ça pourrait tenter une amie qui vit aux alentours de Nantes? >>>> Alors n’hésite pas à partager l’article ou le post Facebook !

Pour participer, il faut s’inscrire à la newsletter du blog ( colonne de droite) : Tu verras je ne suis pas du genre à spammer –  et laisser un commentaire sous cet article.  Tu as jusqu’à dimanche soir 19 août à 20 h pour participer, ensuite je tire au sort, s’il y a plusieurs personnes intéressées.

Et, quoi qu’il en soit, n’hésite pas à aller découvrir ce que fait la belle Marie : ça pétille !

 

 

 

DIY : Préparer de l’huile de Millepertuis pour célébrer l’énergie montante de l’été.

« A chaque promenade en nature, on reçoit bien d’avantage que ce qu’on est venu chercher » 

John Muir

Citadine de naissance, la nature je l’aimais mais… un peu de loin. Genre,  en photo :  c’est tellement beau 🙂  Depuis quelques années, je vis à la campagne et j’ai la chance d’être pas mal entourée de Nature mais disons que quand je me fais piquer par je ne sais quoi ou que je me prend une toile d’araignée en pleine tête, si je suis honnête je suis moins fan 😉

Néanmoins, depuis plusieurs années, ma relation à la nature évolue, je ressens de plus en plus le besoin de m’y relier, de mieux la connaitre, de mieux l’apprécier et la protéger.

LE CHEMIN DE LA NATURE 

chemin de la nature

En 2014,  j’ai découvert un livre de François Couplan « la nature nous sauvera » . Dans cet essai, il donne des pistes de réflexion autour de la relation entre l’Homme et la nature : Il fut un temps  où les plantes étaient d’une importance extrême dans la vie de tous les jours et pas seulement pour se nourrir ! Ainsi, au fil des pages, il nous permet de (re) prendre conscience de la richesse et de l’abondance que nous offre la nature. Il met aussi en avant qu’avec l’agriculture  nous avons perdu en variété et en qualité nutritives au niveau de l’alimentation. Selon lui, les substances indispensables à la santé (sels minéraux, les oligo-éléments, les vitamines, les flavonoïdes et les antioxydants) font défaut dans les produits raffinés, les aliments industriels et les légumes ou les fruits cultivés de façon intensive . Alors que les plantes sauvages (grrr…) elles, en sont gorgées  (Par exemple l’ortie contient sept fois plus de vitamine C que les oranges) .

C’est depuis ce livre que j’ai commencé à vouloir découvrir le nom des plantes le long des chemins  et leur utilisation possible. Après quelques autres livres, j’ai découvert la chouette formation en ligne de Florence Laporte (que je n’ai toujours pas terminée …) . A l’époque, c’était encore assez marginal mais maintenant j’ai l’impression de voir des livres et des formations sur le sujet de plus en plus nombreux :). Notamment le fameux Christophe de Hody, l’auteur du blog Le Chemin de la Nature qui a pour objectif de transmettre la connaissance des plantes sauvages et leurs usages aux futurs cueilleurs et propose de nombreuses vidéos très claires et gratuites en dehors de sa nouvelle formation.

A la même époque, il me semble, j’avais aussi découvert ce super blog créé par Émilie, Professeure des écoles pendant 7 ans, Animatrice nature, Formatrice et maman, passionnée de nature  et de transmission  : https://eveil-et-nature.com/ dont la mission est de recréer du lien entre les enfants et la nature.

Bref tous ces sujets me passionnent même si je ne m’en n’empare pas (encore) autant que je le souhaiterai dans mon quotidien.

Je me dis que  te partager ici mon cheminement  – de temps en temps  – pour vivre une vie plus proche de la terre et du rythme de la nature, ça peut-être une une stratégie sympa pour m’aider à mieux intégrer les informations que je réunis et les actions que je mets en place .

J’espère que ça pourra t’inspirer toi aussi  à vivre de manière plus connect-é-e- à ton environnement et à transmettre ce lien à tes enfants !

Je crois profondément que renouer avec la nature, son rythme, ses cycles peut nous aider à renouer avec notre propre rythme intérieur et ainsi libérer une sorte de vitalité et d’apaisement dans nos vies trépidantes et aussi nous permettre d’agir à notre échelle pour préserver cette richesse et cette abondance à portée de nos mains!

Pour commencer, je profite de la proximité de la date du 21 juin – date à laquelle l’été se célèbre dans l’hémisphère Nord – pour te  proposer de découvrir une plante solaire par excellence qui fait un peu écho  logo actuel du blog  😉 :

LE MILLEPERTUIS, L’HERBE DU SOLSTICE D’ÉTÉ  OU ENCORE DE LA ST JEAN !

Dans la mesure du possible, pour établir un lien avec la saison qui se déroule , je t’encourage à prévoir  un temps de balade dans la nature, dans ton jardin, à la mer, en foret,  dans un pré, au bord d’une rivière ou dans un parc aménagé. Peu importe, du moment que tu peux  être à proximité de la nature en direct. Si tu as le temps et l’envie, l’idéal serait de le faire avant et après « l’atelier ». Mais bien sûr, tout est possible même sans ce temps de « connexion ».

De toute façon, pour faire ton huile de Millepertuis, il va falloir aller en cueillir ! Une balade est est donc inclus d’office ici 😉

MILLEPERTUIS SAUVAGE

MILLEPERTUIS SAUVAGE // annetteJO

Il existe plusieurs variétés de Millepertuis mais nous allons aujourd’hui nous concentrer sur Ie millepertuis perforé, une variété sauvage commune dans nos régions. Car c’est ce Millepertuis qui a des propriétés médicinales contrairement aux variétés cultivées.

 

FICHE DE PRÉSENTATION 

Pour la culture générale le petit nom latin du Millepertuis  est :

Hypericum perforatum

Ce nom latin vient du grec « hyperikon » qui veut dire « sur-apparition » ou dominant presque les fantômes ». En effet, on la considérait comme une puissante herbe protectrice  capable d’éloigner les mauvais esprits ! « Perforatum » est lié aux points noirs que l’on voit sur ses feuilles et qui ressemblent à des petits trous mais qui sont en fait des toutes petites glandes qui secrètent l’huile essentielle et les résines de la plante.

Et il appartient à la famille des  Clusiacées ou hypericacées.

Tu vas le retrouver dans les prairies, les endroits bien exposés, bien ensoleillés.  Il aime les terres assez sèches et la chaleur.

Pour le reconnaître, il y a plusieurs caractéristiques  :

=> 5 pétales en forme d’étoiles

FLEUR DE MILLEPERTUIS

Fleur de Millepertuis – Photo Mix Company

=> Les feuilles ovales pictées de petits points rouges translucides et des petits points noirs sur les bords de la feuille qui donnent l’impression qu’il y a des petits trous. C’est donc cette caractéristique qui a donné son nom à la plante :  du vieux français « pertuis » qui signifie trou.

=> Les fleurs sont d’un jaune assez soutenu, avec des étamines très visibles ( Pour info, Le pistil est l’organe reproducteur femelle : c’est la partie centrale des fleurs qui formera le fruit et produira des graines. L’étamine est l’organe mâle de reproduction des fleurs, elle se trouve entre les pétales et le pistil et possède des sacs qui contiennent le pollen).

=> Les fleurs poussent sur des tiges (rondes, non poilues, droites et ramifiées)  assez hautes , jusqu’à 80 cm – 1 mètre de hauteur – plus ou moins en touffe –  ce qui forme des groupes de fleurs assez caractéristiques (CF LA 1ere photo plus haut).

=> En écrasant une fleur ou deux ou un petit bouton floral, tu pourras voir un liquide violacé apparaître sur tes doigts. Ces petites glandes qui libèrent ce liquide sont à l’origine de la couleur rouge de l’huile de Millepertuis.

Si tu es une visuelle ou auditive 😉 Tu peux retrouver ces informations sur cette vidéo :

 

On appelle donc aussi cette plante « chasse diable », herbe du solstice ou herbe de la Saint Jean, car les anciens pensaient qu’il était indispensable à son efficacité qu’elle soit cueillie ce jour-là. Elle était associée au rite du solstice d’été et sensée écarter le mauvais œil.

 

Traditionnellement, cette plante est associée au soleil, à l’élément feu, à la protection, la joie et la santé

 

Les propriétés médicinales

WARNING : JE NE SUIS NI HERBORISTE , NI CUEILLEUSE PROFESSIONNELLE, NI NATUROPATHE ET ENCORE MOINS MÉDECIN. Toutes les informations transmises ici le sont à titre indicatifs et je t’invite à compléter – croiser tes sources d’informations si besoin et demander conseil à ton médecin ou à un professionnel de santé avant de prendre tout traitement ou complément alimentaire à base de plantes.

Les propriétés thérapeutiques de cette plante sont innombrables (on dit aussi que c’est une plante  « versatile »), mais attention, à priori il convient d’éviter de dépasser les doses car cela peut provoquer des réactions allergiques au soleil (=> Tu liras souvent qu’il ne faut pas se mettre d’huile de Millepertuis avant l’exposition au soleil  par exemple, sauf dans cette vidéo « rafraichissante‘   !).  Par ailleurs, son utilisation est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants en bas âge.

On l’utilise en cas d’affections pulmonaires chroniques, bronchites, troubles hépatiques et circulatoires, asthme, phtisie, hémoptysie, cystites. C’est un antiviral, pour l’herpès, la varicelle, le zona.

Elle est surtout connue pour agir sur les dépressions nerveuses, les troubles nerveux de toutes sortes, les blessures dues à des chocs, les névralgies du trijumeau, les névrites, les insomnies. On l’appelle le « prozac naturel »,  mais attention de ne pas le prendre en complément d’autres traitements, sans avis médical, car son action sur le foie altère l’efficacité de la plupart des médicaments.

C’est également un tonique restaurateur nerveux surtout lors de la ménopause.

=> En infusion, il apaise l’anxiété, l’irritabilité et les tensions nerveuses et il peut aussi servir comme lotion pour les peaux grasses et acnéiques 🙂

=> En comprimé, il peut être utilisé en cas de dépression légère à modérée et d’autres maladies connexes dont les troubles affectifs saisonniers par exemple. Il vaut mieux prévoir un avis médical dans ces cas là of course !

=> La pommade est recommandée en cas de douleurs nerveuses, d’engorgement mammaire .

=> C’est sous forme d’huile qu’on l’utilise pour les douleurs rhumatismales, les sciatiques, les tendinites, les torticolis, les luxations, les ulcères, les crises de goutte et surtout beaucoup de petits bobos du quotidien : les ecchymoses (les « bleus ») , l’eczéma, les érythèmes fessiers, les lumbagos, les piqûres d’insectes/démangeaisons, les algies (douleurs diffuses sans relation définie avec une cause organique) , les plaies / crevasses/gerçures, les brûlures, les hématomes, les coupures et les contusions.

Les précautions à prendre :

=> Ne pas s’exposer au soleil après après utilisation.  Car cette plante est dite photo-sensibilisante. (On parle de photo-sensibilité lorsqu’une substance entre en contact avec la peau et réagit après son absorption dans la peau. Si la peau a été exposée à la lumière du soleil ou a d’autres sources d’ultra violet comme une lampe à bronzer, une réaction peut se produire. Cette réaction se manifeste par une légère couleur mais peut aller crescendo vers des brûlures profondes). 

En fait pour les être humains il faudrait vraiment consommer de très grosses doses , c’est plus fréquent chez les animaux mais à mon niveau je préfère être prudente et rester sur les recommandations classiques 😉 La molécule qui photo sensibilise la peau ici est l’hypericine (qui donne la couleur violet/rouge qui sort des boutons floraux.

=> Ne pas prendre en complément d’autres médicaments. Car, comme indiqué un peu plus haut, elle active une enzyme dans le foie qui réduit voire peut annuler les effets des médicaments.

Pour aller plus loin tu peux jeter un œil à wikiphhyto.

Pour compléter, je te conseille cette vidéo très bien faite du site Doctissimo . Tu pourras y trouver les dosages recommandés selon l’usage  envisagé (huile, gélule, teinture mère, infusion) :

Faire son huile de millepertuis

Pour commencer donc, il te faut aller cueillir  quelques branches de Millepertuis. Si tu vis à Paris,  tu auras surement un peu plus de mal à en trouver j’imagine 😉 Auquel cas, sache que tu peux aussi en planter => Pour aider les graines à germer, fais-les tremper dans de l’eau tiède pendant quelques heures ou toute une nuit avant de les semer. Le Millepertuis à tendance à devenir envahissant et à évincer les autres plantes. Tu peux donc commencer par le faire pousser dans un pot puis, si tu as un jardin, enterrer le pot dans le jardin pour en contenir la croissance .

Prévois un sac en tissu, un cabas (évite les sacs en plastique) ou un joli panier en osier et une paire de ciseaux.

Pour éviter d’arracher les pieds des plantes,  coupe à l’aide de ta paire de ciseau les extrémités de branches fleuries avec aussi quelques boutons floraux. Pas besoin d’en cueillir une tonne, quelques branches suffisent.

Arrivée à la maison, tu peux poser ta cueillette sur une feuille de journal ou un vieux torchon (ça peut tacher!).

Sois tu coupes les fleurs et boutons pour les mettre dans un bocal en verre.  Soit tu plies les branches et tu les mets dans le bocal.

La taille du bocal dépend de la quantité que tu souhaites préparer.  Pour ma première tentative j’avais pris un « parfait » d’un litre. Mais je pense qu’un petit bocal de confiture lavé et séché peut suffire pour commencer.

Quand le bocal est bien plein,  recouvre les fleurs d’huile. Tu liras ou entendras souvent les herboristes parler d’huile d’olive vierge de première pression à froid mais tu peux aussi utiliser de l’huile de Tournesol car elle est moins grasse que l’huile d’olive sur la peau.

Ferme le bocal en veillant à ce qu’il y ait le moins d’air possible (donc ton bocal doit être bien rempli et tu peux éventuellement utiliser une petite baguette en bois pour remuer et enlever les bulles d’air) car plus il y a d’air, plus il y a de risque de moisissures. Tu peux éventuellement ajouter un tige de romarin pour limiter ce risque ou des capsules de vitamine E.   Puis mélange.

Laisse macérer en plaçant si possible le bocal au soleil, plutôt le soleil du matin qui est moins brûlant que l’après-midi (mais tu fais au mieux selon les besoins de ton organisation perso 😉 ). Tu laisses macérer comme ça entre 2 à 4 semaines en remuant le mélange tous les jours pour ramener les plantes du fond sur le dessus.  Au fur et à mesure, l’huile va se teinter de rouge 🙂

Ensuite, filtre à travers un linge propre ou un tamis fin ou juste à l’aide d’un entonnoir et  presse si besoin pour faire sortir le maximum de jus dans un nouveau contenant en verre, idéalement teinté pour préserver l’huile de la lumière par la suite.

Enfin, conserve si possible ton bocal ou ta bouteille dans une pièce fraîche à l’abri de la lumière. 

Tu peux ensuite ajouter de l’huile essentielle de lavande vraie + de thym timol + de tea tree dans un petit flacon de 30 ml teinté et conservé au frigo que tu pourras utiliser en cas de gingivite, aphte, sinusite ou otite (en appliquant autour de l’oreille – en externe). (Je publie l’article aujourd’hui mais je le mettrai à jour avec le nombre de gouttes recommandées ;)).

Et toi? Quelle relation entretiens-tu avec la nature? Est-ce que découvrir comment utiliser les plantes pour un usage familial t’intéresse? 

Profitons de l’été pour nous ressourcer !

Je te souhaite de bien déconnecter, te balader, prendre le temps de regarder les nuages et la brise dans les arbres, sentir l’eau et le soleil sur ta peau. 

Prends soin de toi ! 

 

 

 

 

Comment créer ta trousse de secours anti-stress ?

Savais-tu que le mot stress provient du mot latin “Stringere” qui veut dire “serré” ? Autrement dit, être stressé c’est se sentir coincé, oppressé. (Maintenant au lieu de dire “je suis stressée” tu pourras dire “je suis stringuée” haha ;)) Autre fait intéressant : avant les années 1920, le stress n’existait pas ! Le stress serait-il alors uniquement un mal des temps modernes?

 

UN « COURS » EXPRESS SUR LE STRESS

En fait, durant ces fameuses années 20, un médecin, le docteur Hans Selye, a étudié les mécanismes d’adaptation de l’organisme face à des ”stresseurs”. Il a définit ces mécanismes par le nom de Syndrôme général d’adaptation qui est devenu plus tard le “Stress”.

Pour Hans, le stress désigne donc l’ensemble des réactions biologiques, psychologiques et comportementales d’un organisme pour s’adapter à de nouvelles conditions. Bien sûr, ces réactions existent depuis la nuit des temps (au moins 🙂 ) mais la notion de Stress n’y a donc été associée que très récemment.

Le stress est en premier lieu une réaction à une menace (physique, psychologique ou sociale). C’est ce qui fait que tu entends parfois dire qu’il n’est pas toujours mauvais. Le stress est un des effets de l’agent stressant sur l’organisme et non pas sa cause en tant que tel. Si je suis stringuée c’est que j’essaie de m’adapter donc.

stresseur et stress

stresseur et stress

Plus tard, le stress a été défini comme “une relation particulière entre la personne et son environnement, évalué par celle-ci comme excédant ses capacités et mettant en danger son bien-être” Ce qui veut dire que pour un situation donnée, chaque personne va la vivre et réagir différemment car selon nos expériences précédentes respectives nous allons l’évaluer différemment.

 

LE STRESS AU QUOTIDIEN

Bien que moins visible que certaines maladies, le stress fait clairement partie de notre vie quotidienne actuelle. Je te propose une petite liste non exhaustive, en vrac, de situations du quotidien ou de situations propres à certaines étapes de la maternité où le stress peut apparaître (d’une manière plus ou moins intense) :

  • Il est 2h du mat’, tu es enceinte de ton deuxième enfant et tu perds les eaux : il est temps de filer à la clinique mais les voisins qui avaient gentiment acceptés de garder ton aîné si besoin le moment venu, ne répondent pas à la sonnerie de leur porte et de leur téléphone.
  • c’est la haute saison dans ton activité et les dossiers et les mails s’empilent et tu as l’impression que tu n’en viendras jamais à bout.
  • tu sèvres ton bébé mais il ne veut pas prendre le biberon, tu es fatiguée et tu as peur qu’il ne mange pas assez.
  • tu dois reprendre le boulot et tu viens de laisser ta puce chez l’assistante maternelle ou à la crèche en pleine crise de larme.
  • Ton grand de 5 ans te lâche la main pour courir récupérer son doudou qu’il vient de faire tomber 1 mètre avant sur le passage piéton et une voiture arrive à toute allure !
  • Parfois, tu es juste en train de faire à dîner et tout le monde vient te parler en même temps, te raconter sa journée, se plaindre “mais mamaaaaaaaaann il m’a tapé’ et te rappelle une tâche importante à faire : “Chérie il faudrait vraiment qu’on fasse les impôts là “;) et que ça te donne envie de dire STOOOOOOOOP ! PAUSE! Pouce ! laissez moi tranquille 🙂
  • Il est 8h et tu as 13 minutes de route jusqu’au périsco et il te restera à trouver une place pour te garer en sachant que les enfants partent en direction de l’école à partir de 8h25. Si tu loupes le coche il faudra attendre l’ouverture de l’école à 9h et tu seras en retard au boulot. Tu commences donc à crier sur tes enfants parfois dès le matin, tu les stress à ton tour “Vite, vite c’est l’heure, on va être en retard” !

A toi de compléter 😉 ….

Selon les situations, le stress et ses effets vont se manifester par des signes plus ou moins clairs : tu as le cœur qui bat plus vite, le ventre qui se noue, les mains moites, le petit troll intérieur qui te fait te sentir nulle, pas légitime. Si ton stress s’installe : un rien t’irrite, tu as du mal à t’endormir ou tu fais des insomnies, tu te sens plus fatiguée ou déprimée.

 

POURQUOI ET PAr quoi commencer unE trousse de secours anti-stress? 

A voir la multitude d’articles qui abordent régulièrement le sujet, il semblerait que nous soyons de plus en plus stressés et de plus en plus nombreux à l’être. Ce constat fait, comment canaliser ce fléau?

De nombreuses pistes de solutions existent mais – ATTENTION SCOOP 😉 –  je ne pense pas qu’il y ait réellement de recette miracle. 

EH oui… Avoue , tu aurais bien aimé hein ? LE STRESS FAIT PARTIE DE NOTRE CHEMINEMENT ET DE NOTRE QUOTIDIEN, L’IDÉE N’EST PAS DE L’ÉRADIQUER COMPLÈTEMENT MAIS D’APPRENDRE À LE MAÎTRISER POUR QU’IL NE SOIT PAS ENVAHISSANT ET QU’IL RESTE UN MESSAGE D’ALARME SANS NOUS MENER À L’ÉPUISEMENT.

On sait généralement qu’il y a des tas de choses pour se sentir mieux. La difficulté est de prendre le temps de les mettre en oeuvre et mettre certaines de ces solutions /actions en priorité dans sa vie.

Pour ma part, je m’efforce de plus en plus de prendre conscience de cet état quand il apparaît. A marquer une pause et me dire, tiens là oui , je suis stressée. Mes épaules sont tendues, je respire de manière “serrée”, j’ai le coeur qui bat super vite. Et j’essaie d’écouter mon intuition sur ce qui pourrait m’aider là tout de suite et le plus naturellement possible à faire sortir ces sensations de la scène.

Aujourd’hui je te partage 3 pistes que j’ai glané dans des livres, des vidéos en ligne ou des formations mais surtout que je mets en pratique ! Ça ne veut pas dire que ça marchera pour toi ou que ça marche à chaque fois. Je t’encourage donc à te créer ta propre trousse de secours. Comme une sorte d’index de bullet journal 😉 dans lequel tu pourras venir piocher en cas de besoin.

 

LE JOURNAL DE STRESS

Écrire ce qui te préoccupe, le sortir de ta tête et te demander ce que tu peux faire pour y remédier est une stratégie que je fais assez naturellement depuis très longtemps. En tout cas, au moins pour la partie : Écrire ce qui me pèse ou me stresse.

Que ce soit une solution permanente, une expérimentation que tu veux tenter ou un changement d’approche, de posture , je t’invite à détailler et être le plus précise possible à propos de la situation que tu traverses et comment tu le vis.

Ensuite le principe est de prendre le temps de se demander que puis-je faire (passage à l’action ! ) qui ne dépende que de moi pour faire avancer le schmilblick? Pas besoin que ce soit révolutionnaire.

Le tout est de redevenir actrice

et de moins subir ce qui te stress.

En analyse transactionnelle, ça s’appelle développer l’état du « moi Adulte » c’est à dire la partie de nous qui sait prendre du recul, analyser la situation et dont l’énergie est orientée vers la résolution du problème (et pas dans la plainte ou la victimisation par exemple).

Pour t’aider voici un petit modèle à imprimer et utiliser en cas de besoin :

journal de stress

journal de stress à télécharger

JOURNAL DE STRESS (1)

LES HUILES ESSENTIELLES

Lors d’un atelier “bien-être” que j’ai suivi cette année, l’animatrice nous a fait sentir à mon équipe et moi un certain nombre d’huiles essentielles à différents moments de l’atelier. Le but était d’être à l’écoute de nos ressentis et de distinguer celle qui nous faisait du bien.

Chacun d’entre nous avait des réactions très différentes. Certaines huiles essentielles peuvent avoir des odeurs très puissantes mais ce qui était intéressant à observer c’est qu’une huile qu’une personne trouvait écœurante pouvait tout à fait plaire à une autre personne.

A la fin de l’atelier nous avions chacun déterminé notre huile essentielle préférée – du moment- et l’animatrice nous a encouragé à aller l’acheter ensuite pour la garder en cas de besoin dans notre sac à main. Il ne reste plus qu’à “sniffer” ton flacon discrètement (ou pas 😉 ) en cas de besoin où que tu sois. Nous sommes plusieurs à avoir adopté l’astuce 🙂

La limite, c’est que les huiles essentielles peuvent coûter cher et que tout le monde n’a pas un-e aromathérapeute sous le coude qui lui permette d’expérimenter plusieurs huiles afin de trouver celle qui lui convient.

Donc si tu n’es pas déjà une adepte des huiles essentielles et ne peut pas faire l’expérience par toi même dans ta salle de bain avec tes petits flacons, je te propose de tester avec l’une de ces 3 Huiles essentielles (ou encore mieux en les mélangeant) reconnues comme de véritable concentrés contre le stress :

le Petit Grain Bigarade, l’Ylang Ylang ou le Lemongrass.

3 Huiles essentielles anti-stress

3 Huiles essentielles anti-stress

Voici la vidéo d’un site que j’aime bien pour savoir comment bien les mélanger pour une efficacité renforcée :

(Pas de lien d’affiliation avec eux, je partage juste parce que je le trouve vraiment bien fait et qu’une de leur synergie m’a bien dépanné l’été dernier quand mon petit loup nous a fait la varicelle en plein mois d’août 😉 )

Petit rappel : Si tu es enceinte, je te conseille de vérifier avec ton médecin ou pharmacien (si tu ne connais pas d’aromathérapeute ou de naturopathe) si cela est pertinent ou pas pour toi. 

 

la cohérence cardiaque 

Caroline Burel, une coach que j’aime bien, présente la Cohérence cardiaque comme suit :

“Le cœur et le Cerveau font partie des organes les plus importants de notre corps et les liens entre eux sont multiples et réciproques. Ce sont des recherches en neurosciences et en neuro-cardiologie qui ont permis de développer la cohérence cardiaque. C’est une pratique simple qui permet de reprendre en main sa santé car ce concept né et développé aux Etats-Unis a de l’impact sur la gestion du stress et de l’anxiété. L’idée de la cohérence cardiaque est de réguler la fréquence et l’amplitude des battements de notre cœur afin d’arriver à une plus grande régularité. Ce qui permet une grande détente et un apaisement de notre corps comme de notre esprit.”

Pour compléter, voici une explication de David Servan-Schreiber sur ce qui se passe au niveau physiologique :

La Cohérence cardiaque expliquée par David Servan Schreiber

La Cohérence cardiaque expliquée par David Servan Schreiber

 

5 minutes pour s’apaiser ! ça parait court mais honnêtement parfois ce n’est pas facile de s’auto-discipliner à le faire 😉 Perso, j’aime bien faire ça en voiture quand je suis dans les bouchons, c’est ludique et ça détend !

Pour commencer il est souvent plus facile de suivre un repère visuel et donc une vidéo. Il y en a plein sur Youtube mais je t’en propose 2 :

“La basique” et  “La Margarita” celle-ci avec un peu de musique (“sonorités méditatives” 😉 mais surtout un son de souffle qui te guide.

Plus tu le pratiqueras régulièrement (plusieurs fois par jour par exemple) plus ça t’aidera à réguler ton stress au quotidien, en mode préventif donc.

De mon côté, je n’en suis pas encore là niveau pratique en toute honnêteté mais je prends de plus en plus le réflexe de faire quelques respirations longues quand je ressens des tensions (notamment quand les p’tits loups se disputent et crient par exemple) et de temps en temps je me fais une vrai session de 5 minutes (souvent en voiture donc).

 

LE PASSAGE A L’ACTION TE REND PLUS SAGE

Voilà, tu avais peut-être déjà entendu parler de ces outils mais comme je te le disais plus haut, ce n’est pas forcément par ce qu’on les connaît qu’on pense à les utiliser surtout en plein pic de stress !

D’où l’importance de pratiquer aussi en dehors des moments de tensions car ça t’aide à les implémenter dans ton quotidien quand tu en as vraiment besoin. c’est bien connu : “Ce n’est pas au milieu de la tempête qu’on apprend à nager” en principe.

Dans certains cas de stress récurrent, tu devras peut-être mettre en place des actions plus marquantes comme peut-être démissionner de ce poste qui te fait tant courir. Ou tu devras peut-être demander de l’aide. Tu devras peut-être lâcher quelques tâches dans ton quotidien de super woman multitâche. La réalité c’est qu’on ne peut pas agir comme des machines à 1000 à l’heure non stop et ne pas faire de changement.

Parfois il te faudra utiliser tes outils anti-stress encore et encore.

Si un des outils ne marche pas, passe au suivant jusqu’à ce que tu ais trouvé celui qui t’aide et t’apaise ce jour là, dans la situation qui se présente à toi.

Car peu importe ce que tu fais…

Ne rien faire NE MARCHE PAS.

 

Si tu souhaites aller plus loin,  voici un chouette site d’un médecin (cardiologue à Dijon)  qui reprend un peu les définitions de manières plus complètes et te propose d’autres pistes à tester.

 

Et toi que fais-tu qui t’aide à réduire le stress et l’anxiété? (J’ai une amie, par exemple, qui adore prendre un peu de temps le soir à faire des coloriages dans les fameux livres “d’art-thérapie” qu’on peut trouver un peu partout).

N’hésite pas à partager dans les commentaires et à détailler si besoin,pour que d’autres lectrices puissent ajouter un outil à leur trousse et le tester en cas de besoin !

Je te remercie pour le temps que tu as consacré à parcourir cet article, et je te souhaite de t’amuser à expérimenter toutes ces pistes dans ton quotidien.

Si tu penses que ça peut aider une amie à toi n’hésite pas à lui transférer !

Qu’est-ce qui t’empêche de faire ce que tu veux ?

Helloooooooooooooooooo ! Voilà voilà :  ça fait juste presque 6 mois que je n’ai pas mis les pieds ici! J’espère que tu vas bien… Je n’arrive pas à lâcher ce blog même si le moins qu’on puisse dire c’est que j’ai une énorme marge de progression côté assiduité.

Je vais essayer de revenir plus souvent mais avec un contenu plus léger ! 🙂 C’était le but initial de ce blog de toute façon , offrir un petit espace – un oasis – pour te ressourcer sans te prendre trop de temps.

Se ressourcer

N’ayant pas trouvé facilement de babysitter pour réserver 1h au moins par semaine pour le blog. J’ai décidé d’enregistrer dans mon agenda un midi par semaine pour m’y consacrer. J’ai tendance à me dire « Mais en une heure je ne peux rien faire !!! « . Mais c’est une fausse excuse. Ça me permet juste de continuer à  procrastiner.

Il y a tant de choses à faire, tous les jours. Entre ta vie perso, ta vie de couple, de famille, ta vie pro, ta vie sociale !  On a tendance à vouloir tout faire. Moi la première. Mais cela peut t’empêcher souvent d’aller au bout des choses et finir plutôt par te donner un sentiment d’insatisfaction voire d’anxiété – de stress, non?

Ce qui peut aider

C’est de savoir ce qui est vraiment important pour toi. Cela va ensuite te permettre de mieux choisir ce que tu acceptes ou non de faire. Et ensuite de le programmer.

Je répète : l’astuce que je teste donc ces temps-ci…

C’est de programmer dans ton agenda ce qui est important pour toi !!!

Essaie tu verras 😉

Peut-être que tu ne feras que 2 minutes de méditation, peut-être que tu ne liras que quelques lignes, ne prendras qu’une photo, ne feras qu’un atelier créatif avec tes enfants au lieu de les laisser regarder un écran  etc. Mais c’est mieux que de seulement y penser sans passer à l’action.  Le petit plus c’est que ça a un effet déclencheur  : normalement ce sera plus facile d’enchaîner sur 2 minutes de plus ou de recommencer le lendemain ou la semaine suivante.

Bon, il se peut que tu te dises :

« Mais je ne sais pas vraiment ce que je veux !… »

Et si tu savais?

Et si tu avais plutôt peur :

  • que ce que tu veux ne se réalise pas;
  • que tu ne sois pas assez douée,
  • que tu échoues
  • que ça prenne du temps
  • d’être jugée par tes pairs et/ou tes proches et te sentir bête, incapable.

Je te le dis  🙂 :

AU FOND DE TOI TU SAIS  CE QUE TU VEUX !

Savoir clairement ce que l'on veut

Mais obtenir ce que l’on veut se fait rarement en une nuit et cela laisse souvent pas mal de place à cette méchante petite voix intérieure rabat-joie, toujours prête à te dire qu’en fait ce n’est pas pour toi, que tu ne le mérites pas,  que tu n’y arriveras pas etc.

Finalement le challenge n’est pas tant d’être claire sur ce que tu veux

mais de faire taire cette petite voix

et

de passer à l’action  pour mettre en place ce qui est important pour toi et en faire une réalité.

Oui il y aura des échecs ou disons plutôt des choses à ajuster, modifier, recommencer, améliorer mais c’est comme ça  que tu gagneras en expérience et en connaissances.

Pour compléter cet article, si tu as envie d’aller plus loin, j’ai bien envie de te conseiller la lecture du livre « Wake-up » de Christine Lewicky ! Un chouette cadeau à se faire (en plus la version poche est sortie en avril :)) pour avancer dans tes projets / vers tes rêves et savoir par où commencer.

Et toi? T’es-t-il déjà arrivé de te lancer dans plusieurs projets différents  et de ne pas aller au bout, de te sentir stressée et d’en conclure qu’en fait  tu ne savais pas vraiment ce que tu voulais dans ta vie? N’hésite pas à partager dans les commentaires ton expérience et qui a marché pour toi pour que tes rêves/projets se réalisent !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Foodette : L’idée pour simplifier la gestion des repas à la maison

Cette semaine je te parle pratico-pratique! Je cherchais depuis longtemps un moyen de me décharger un peu de la gestion des repas.  Anticiper les menus (et la liste des courses qui va avec), essayer de faire en sorte que ce soit équilibré et en même temps un peu varié tout en étant plutôt facile ( pas trop long) à préparer… (Tout ça ça porte un nom : la charge mentale et je t’en reparle la semaine prochaine si je trouve le temps 😉 ).

Gestion des repas

Brooke Lark

Chez moi, côté gestion du quotidien, on a encore une belle marge de progression en terme de parité ( même si ces derniers temps on progresse! Je vise le à peu près un soir sur 2 pour les repas d’ici la fin de l’année). Alors à la base j’aime plutôt cuisiner (sans pour autant être une chef) mais par moments, ça me sort par les yeux .

Je voudrai juste ne pas avoir à faire tout ça. Le soir j’aimerai passer  plus de temps avec les miens plutôt qu’à côté dans la cuisine. Surtout quand parfois, mes chefs d’œuvre culinaires ne sont pas forcément appréciés (C’est quoi ça maman? De la courgette ma puce! BEURK j’aime pas… Ah bon mais il y a 2 jours tu aimais ça encore ?!)

J’essaie bien de leur proposer de participer mais j’avoue qu’après une journée de travail et eux d’école, en arrivant vers 18H30 à la maison …Les tensions ont vite fait de pointer le bout de leur nez.  Du coup, ça peut rapidement donner ce genre de scène : »Mais c’est moi qui voulait casser les oeuuuuuuuufs!!! / NOON  , attention au couteau si tu le tiens comme ça c’est dangereux/ Ah! la moitié de la sauce tomate est par terre; c’est pas grave mon chéri , tu veux bien m’aider ,  prendre une éponge et essuyer? comment ça non?  »  (les joies de la communication non violente 😉 ). >>> Ça me fait penser à un chouette livre : « Super woman n’existe pas « de Camille Bréant. Il faudra que j’en reparle aussi (que d’idées oulala ! ).

Bref…sans compter :

  • le temps passé à penser à des idées de plats ( je ne parle même pas de menu . Chez nous c’est souvent une légume cru en « apéro »  – d’ailleurs j’ai découvert le navet cru cet hiver : une révélation ! Ça a un peu la consistance d’un radis mais le piquant en moins. Mes enfants adorent –  un plat et un fruit ou un laitage ou rien en dessert).
  • le temps de faire ma petite liste des courses (que j’ai la fâcheuse tendance à perdre en cours de route).
  • le temps de commander en ligne + récupérer le drive ou d’aller faire les courses ( sachant que dans un désir de réduire les déchets par ailleurs, je m’efforce de moins en moins consommer en grande surface et plutôt d’aller – avec mes contenants réutilisables – au marché, chez les petits commerçant de ma ville ou à la ferme près de chez moi pour soutenir l’économie locale. Là,côté simplification, c’est vrai : je repasserai… )
  • le temps de  préparation.

uNE ÉCHELLE DE COMPORTEMENTS POUR S’ORIENTER VERS DES SOLUTIONS

Je sais il y a des choses beaucoup plus grave dans la vie.  Il n’empêche que dans un quotidien ordinaire ça peut être pesant.

Tu as le droit de le penser sans culpabiliser , sans te dire un truc du genre « Mon dieu,  quand je pense aux mamans qui vivent au milieu de la guerre, je n’ai vraiment pas de raison de me plaindre! « .  Ça n’a rien à voir.  Ça ne sert à personne de se dire ça. Si tu ressens une tension, un poids. Accueille-le factuellement. « J’en ai ras le bol d’être la responsable des courses et des menus ! Je suis à court d’idées! Je veux juste rentrer et me poser.  » C’est ok .

Je te présente une échelle qui peut te permettre  de prendre la mesure de ton comportement face à des situations qui se présentent à toi.  Elle a l’ avantage de recentrer la réflexion pour engager des actions vers une résolution plus rapide.

ECHELLE DU COMPORTEMENT

On voit bien que lorsque tu ignores, accuses, nies ou te justifies, tu ne t’orientes pas vers une issue positive.

En revanche,  si tu acceptes ta part de responsabilité, des solutions peuvent apparaître.

Alors maintenant en mode « constructif – j’arrête de râler » / « je reconnais et assume mes besoins » ça veut dire quoi tout ça? Quels sont tes réels besoins? Tu as envies qu’on te prépare de bons petits plats? Tu veux te libérer du temps? Tu veux arrêter d’entretenir le modèle des rôles stéréotypés à la maison? Tu veux ……. ?

Note clairement tout ce que tu veux voir changer.

 

+ Une astuce que j’ai bien aimée ( tiré d’ un programme en ligne que je suis et dont je te reparlerai peut-être bientôt) Quand quelque chose te prend du temps (et de l’énergie) dans ta vie. Dans la mesure du possible arrête toi 2 minutes et demande toi :

Foodette - 3 questions pour simplifier sa vie

De mon côté, ça fait vraiment un bout de temps déjà que je réfléchis à trouver une alternative qui permette que ma petite famille et moi mangions varié (à défaut de complètement équilibré) tous les soirs tout en prenant moins de mon temps et de mon énergie.

Mes objectifs et stratégies jusque là étaient les suivantes :

  • Demander plus souvent à mon partenaire de prendre le relais. Mon rêve dans la vie n’étant pas de gagner le titre de la reine du « jonglage » et ou « le tablier d’or » .
  • Faire des plats en plus grosse quantité parfois, pour congeler et s’en resservir un autre soir.
  • Utiliser  beaucoup les légumes en bocaux et /ou prédécoupés en surgelés.
  • Faire des « plats uniques » sortes de chilis à ma façon, haricots verts « à la carbonara »etc.
  • Regarder Marmiton et Carrotcake pour des idées de menus de saison (sans compter ma collection de livre de cuisine -> pour la simplicité volontaire, la sobriété heureuse je repasserai aussi de ce côté là 🙂 ).

J’ai même pensé engager quelqu’un 🙂 mais le coût m’ a arrêté.

Et puis récemment  j’ai découvert……. Foodette! TADAAAAAAAAAAAA et depuis je saoule mes collègues avec 🙂 .

L’expérience « foodette » pour bien manger à la maison

Mais franchement tu vas voir ils assurent!  (Pour rappel, je ne travaille pas pour eux mais pour la Ruche ). Je précise aussi que cet article n’est pas sponsorisé!

En revanche, je crois que j’ai du voir une pub sponsorisée sur Facebook. Et je me suis dis que ça avait l’air bien alléchant ! Je me suis inscrite, c’est rapide !

J’ai commencé en choisissant l’option DUO (pour 2 personnes donc 🙂 sachant que mes enfants mangent comme des moineaux surtout quand il y a des légumes non identifiés dans la recette). Tu peux aussi choisir d’autres options avec plus de recettes / plus de personnes.

Côté budget, je trouve ça honnête : 55 euros pour 3 repas pour 2 personnes (voire  4 )livraison incluse.

Tu peux te faire livrer au bureau ou à domicile le mercredi matin uniquement ( enfin en Loire Atlantique en tout cas – pour le moment). Partout en France.

Quand j’ai reçu mon 1er colis, c’était un peu comme si c’était encore Noël (aka = > plus sympa que de faire les courses ! ).

colis +repas+ Foodette

A l’intérieur :

  • Pas trop de plastique ! (encore un peu quand tu ouvres les sacs en papier : genre le film d’emballage alimentaire > difficile à remplacer dans ce genre de prestation. Pour certaines recettes tu reçois aussi des petits pots en plastique comme ceux qu’on peut te donner pour la sauce salade parfois).
  • Une pochette isotherme avec une plaque de froid qui assure la chaîne du froid des produits frais type viande et poisson.  Au bout de 10 commandes je crois, tu peux leur renvoyer gratuitement. (Je ne retrouve plus le papier où ils en parlent).

présentation colis foodette

Pochette isotherme Foodette

  • Et des produits pré-portionnés pour chacune des recettes ( = Tu ne jettes pas – ou ne manges  pas – pendant une semaine ton choux rouge acheté entier).

Ingrédients pré-portionnés Foodette

Avec tout ça, tu reçois tes fiches recettes qui indiquent le timing estimé des étapes et te donnent les proportions si tu veux  refaire la recette pour plus de personnes + une fiche où la provenance des aliments est indiquée + 1 petit aimant avec leur logo.

Fiches recettes Foodette(Jeux : quels sont les 2 aliments hors saison sur cette photo? La honte……….lol)

Pour mon premier essai je suis tombée sur les recettes suivantes :

Du coup pour ta semaine, il ne reste plus que 2 soirs (en semaine ) +  4 repas pour le week-end (3 – si tu te fais inviter chez des amis ou en famille :)) pour lesquels il te faut trouver des idées. Une soirée pâte et une soirée soupe / fromage ou Omelette+ légumes verts chez moi et hop l’affaire est dans le sac et pour le week-end j’ai souvent des produits de ma distribution de ruche qui a lieu le jeudi.

Pour l’instant j’ai même eu des restes pour certaines recettes ! La salade d’hiver vitaminée était super bonne et gaie, j’ai ramené la fin et l’ai partagée avec une collègue le lendemain. (Je n’ai pas de belles photos des plats, d’abord parce que mon fils fait une crise dès qu’il voit un appareil photo, ou téléphone portable (pour l’avoir)  – on essaie de limiter les occasions – et d’autre part pour celles qu’on a réussi à faire , la luminosité n’était pas top… ).

En prime, tu apprends plein d’astuces et manips’. Je fais le plein de petites « premières fois », j’adore!!

Comme par exemple : découper et égrainer une grenade !(ahah la bonne blague ! ) , piquer les grains de cardamones avec une pointe de couteaux pour que le parfum se diffuse mieux, planter un clou de girofle dans les oignons, faire une vinaigrette à base de jus d’orange  etc…

Et si besoin, tu peux faire une remarque ou poser une question via leur questionnaire de satisfaction après le 1er envoi, quelqu’un de l’équipe te répond très rapidement via une interface en ligne  :

Questionnaire satisfaction Foodette

Enfin, globalement les enfants ont goûté et apprécié la moitié des recettes 🙂 On a complété par des pâtes ou des épinards (oui ils aiment chez moi).

Détail important : Quand tu t’inscris pour une première semaine parmi les 4 semaines à venir, ensuite si tu veux  suspendre ou reporter les livraisons il faut retourner sur ton espace client pour l’indiquer sinon tu recevras ton colis (et seras débitée) automatiquement la semaine suivante.

Voilà je crois que je t’ai dit l’essentiel ! Je peux parrainer plusieurs personnes,  alors si ça te tente d’essayer, ça ferait passer ta 1ere commande pour 45 euros au lieu de 55 euros. Mais je réfléchis à un petit jeux pour en profiter pour faire parler un peu du blog 🙂 . Alors surveille la page Facebook si le cœur t’en dit! Et si tu as des questions ou que tu testes aussi , n’hésite pas à venir dire ce que tu en penses dans les commentaires ! (Histoire de nuancer un peu ce que je dis!).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer